Le blog jardin

Le thunbergia frileux

Des Quel nom lui préférez-vous ?
Celui officiel de "thunbergia alata", celui de "sourire deZanzibar" ou celui de Suzanne-aux-yeux-noirs" ?  J’aime bien ce dernier avec le prénom de Suzanne, ce n’est pas souvent qu’une fleur porte un prénom féminin, c’est plutôt l’inverse !

Voilà une grimpante de taille moyenne qui atteint 2 à 3 m et qui, pendant de longs mois se couvre de fleurs jaunes, crème ou orange au coeur brun, ce qui lui a valu son surnom. Donnez-lui un support sur lequel ses tiges pourront s’enrouler car elle n’a ni vrille ni crampon.

Cette vivace grimpante est originaire d’Afrique tropicale, elle aime le soleil mais ne lui donnez pas une exposition plein sud, ce serait trop pour elle. Elle se plait dans un sol ordinaire à condition qu’il soit bien drainé et elle aime les arrosages bien réguliers, ne la privez surtout pas d’eau en plein été.
Le seul problème avec cette plante c’est son peu de rusticité, elle ne supporte pas le froid, aussi si vous voulez la conserver il vous faudra la rentrer dans une pièce légèrement chauffée où elle pourra passer l’hiver sans encombre. Sinon, faites comme la plupart des jardiniers, cultivez-la en annuelle.
C’est au printemps, en mars, qu’il faut la semer en petits pots. Quand les plantules sont assez développées on les repique dans des pots plus grands que l’on peut installer dehors.

Vous voulez essayer les nouvelles variétés ? Elles ont des couleurs ocre-brun tirant sur le rouge qui changent des tons classiques, mais personnellement je préfère ces derniers!

Partager cet article

Article de

3 commentaires

  1. Xavier décembre 6, 2006 à 6:07

    Superbe article bien documenté, metttant bien en valeur cette plante que je ne cultive plus qu’en annuelle comme tu le conseilles. En plus, je ne connaissais pas les nouvelles variétés, à essayer l’année prochaine…
    Bonne fin de semaine

  2. francoise décembre 7, 2006 à 6:49

    Pour cette fleur, c’est bizarre, j’ai une croix rouge, les autres c’est bon
    Bises
    Françoise

  3. evelyne décembre 7, 2006 à 8:23

    Une croix rouge, Françoise? mais où ça?

Commenter cet article