Le blog jardin

Le sapin de Noël, une tradition « salutaire »

Le sapin de Noël, une tradition « salutaire »

ChristmastreedecoratedOui, la décoration d’un beau sapin de Noël n’est pas une coutume typique du Sud de l’Europe, c’est une coutume des pays du Nord, des pays à l’hiver rigoureux. En fait, c’était un cadeau du seigneur au paysan fait à la fin de décembre, un peu après le solstice d’hiver. Jésus, que l’on croit être né vers le 24 mars, a été déclaré à l’état civil de l’humanité le 24 décembre, en réalité en plein au moment de cette fête païenne.

Ce cadeau, qui peut paraître surprenant, était une sorte de « prime chauffage » vitale dans les pays du nord. D’ailleurs, les seigneurs aisés offraient un arbre pour chaque membre de la famille. Les moins chanceux devaient se contenter d’un seul arbre.

Le sapin était destiné à être coupé et brûlé à la fin du très froid mois de janvier, et le terrible mois de février, où l’on dénombrait le plus de morts (le mois des fièvres, febre => fébrile…).

La vraie tradition (mais y-a-t-il une vraie tradition par rapport à une autre ?) veut que l’on offre le sapin le 24 décembre, et pas avant. Le sapin était offert aux serviteurs et aux employés, aux pauvres le jour de Noël, et décoré le jour même, en famille. Pas de Noël avant l’heure ! comme aujourd’hui où tout le mois de décembre, pour des raisons commerciales, est le mois de Noël.

En réalité, dans une ambiance nettement moins fraîche, sans chauffage central, les sapins restaient verts longtemps et on les gardait jusqu’au plus dur moment de l’année, la chandeleur. Je sais, je suis née quelques heures après, très prématurée. Quelle chance d’être née au 20ème siècle, dans un hôpital qui avait les couveuses. Cette année là, le jour de ma naissance a été pratiquement le plus froid. Jadis, le sapin était débarrassé de ses décorations et brûlé, ces fameux premiers jours de février, qui sont toujours très froids. On enlevait les décorations le soir de la chandeleur.

Les enfants fabriquaient des décorations de Noël, des étoiles en papier, des boules peintes faites en bois ou avec des coquilles d’oeufs déguisées, représentant un tas de personnages… Ceux qui pouvaient, accrochaient des friandises, des pains d’épices, des pommes caramélisées. Le tout devait tenir jusqu’à la Chandeleur ou jour de la Présentation du Seigneur au Temple, le 2 février.

Vous savez quoi ? Je vais en faire une note, un peu tard, mais avez encore tous vos sapins, je suppose, et le sujet est toujours au coeur de l’actualité. Vous aurez peut-être envie de garder le bel arbre jusque là.

Mais si cette année il est trop tard, voici ma suggestion pour l’année prochaine : comme moi, « envers et contre tous », essayez d’acheter votre sapin à la dernière minute, et faites votre possible pour le garder jusqu’à la Chandeleur. Vous aller intriguer vos amis, et réjouir les enfants (des autres) trop tristes de voir leur sapin reparti chez Ikea, ou en forêt et surtout à la poubelle.

Le sapin de Noël, une tradition « salutaire »

Un beau sapin de Noël

Dans quelques semaines nous vous raconterons les origines de la Chandeleur, et vous donnons donc RDV le 2 février prochain.

Partager cet article

Article de

2 commentaires

  1. madameingals janvier 3, 2007 à 1:54

    C’est très interessant je ne connaissais pas du tout cet origine ! Merci pour cet article !

  2. Graphique décembre 10, 2012 à 7:24

    Et bien j’ai entendu beaucoup de choses à propos des sapins, mais c’est la première fois que j’entends l’explication. Je suppose que pour faire plusieurs flambées l’arbre devait avoir une certaine taille. Nos petits sapins décorés ne feraient pas long feu.

Commenter cet article