Pourquoi mes tomates ne rougissent pas ?

0

Cela peut arriver, même si les plants sont en bonne santé, certaines tomates peinent à arriver à maturité et changer de couleur pour obtenir le magnifique rouge éclatant que nous connaissons. Mais alors pourquoi mes tomates ne rougissent pas si elles sont en bonne santé ? Voici ici, quelques explications et des petits conseils pour améliorer la culture des tomates.

Les tomates ne rougissent pas de la même manière

Cultiver ses tomates

Il est tout d’abord important de préciser que toutes les variétés de tomates ne murissent pas à la même vitesse. Ainsi, certaines tomates comme les tomates cerise rougissent plus vite que d’autres comme les tomates cœur de bœuf. Cela est dû notamment à leurs calibres. Néanmoins toutes les tomates n’ont pas la même couleur arrivé à maturité. Certaines deviennent jaunes, oranges, brunes, mauves et certaines reste vertes comme les Green Zebra. Il est donc important de connaître la variété de sa tomate pour pouvoir jauger de sa maturité par rapport à la couleur. Une autre variable attestant de l’état de développement d’une tomate est sa rigidité. Lorsque vous la tâter, si celle-ci cède légèrement sous le coup de la pression, cela signifie qu’elle est prête pour la consommation.

La phase de maturation verte adulte

Les arômes et les goûts sucrés d’une tomate ne se développent qu’entre la phase de maturation verte adulte et le changement de couleur. Si les tomates des supermarchés sont cueillies au stade vert mature, celles-ci murissent et changent de couleur pendant le transport ou dans les chambres froides. Néanmoins, leurs arômes y sont affectés. Ainsi, si vous souhaitez avoir des tomates juteuses et pleines de goûts, il est fortement recommandé de les laisser murir sur leur plant.

Les éléments essentiels pour la maturation des tomates

maturation des fruits

Il a été montré scientifiquement que les modifications chimiques de l’ADN d’une plante de tomate dit, épigénétique, jouent en rôle majeur dans la maturation de ces fruits. En effet ces modification vont permettre l’envoie de molécules de la plante jusqu’au fruit  lui signalant le moment de changer de couleur.  Il existe donc des molécules mais aussi des éléments extérieurs qui jouent un rôle essentiel dans la maturation des tomates. Les principaux sont :

Les molécules d’éthylène, de lycopène et de carotène

La tomate atteint son stade adulte grâce aux molécules de lycopène et de carotène. Par la suite, l’éthylène produite par le plant de tomate insufflera au fruit que c’est l’heure de changer de couleur. Les tomates, en plus de commencer à changer de couleur, produiront par la même occasion de l’éthylène supplémentaire ce qui permettra aux autres tomates environnantes de continuer de murir. Si l’éthylène est utilisé dans les chambres froides des magasins pour faire rougir les fruits artificiellement, l’absence de soleil et également l’absence de la plante nuisent au développement du goût de ces fruits.

La température

La température joue un rôle essentiel dans le changement de couleur mais aussi dans le développement de la tomate. Les substances lycopène et carotène nécessaires pour le bon développement du fruit n’agissent qu’à une température entre 10 et 29°C. Pour la phase de changement de couleur, l’éthylène est produit de façon optimale entre 22 et 25°C. La production d’éthylène peut cependant se faire entre une température de 10 et 34,5°C. Il est cependant préférable, si vous cultivez vos tomates en serre d’ajuster la température aux valeurs indiquées précédemment.

Le vent

L’éthylène est une molécule transmise par les airs. Ainsi, un vent trop puissant aura tendance à disperser l’éthylène. La molécule n’arrivera donc pas à destination ce qui pourrait ralentir la maturation et le changement de couleur des tomates. Les serres peuvent donc être une excellente option pour favoriser le changement de couleur des tomates. En effet, il n’y a pas de vent, ou très peu à l’intérieur !

Ce qu’il ne faut pas faire si mes tomates ne rougissent pas

astuce de culture de légumes

Nous avons vu ensemble les éléments nécessaires pour faire rougir les tomates. Néanmoins, certains pourraient vouloir prendre des initiatives pour accélérer le processus de changement de couleur. Or de nombreux actes, qui peuvent sembler anodins peuvent donner le résultat inverse à celui espéré. Voici donc ce qu’il ne faut surtout pas faire si mes tomates ne rougissent pas :

Couper des feuilles pour leur donner plus de lumière

La lumière est indispensable à la croissance de la plante mais ce n’est pas la tomate qui la capte mais bel et bien les feuilles de la plante. Ainsi, en coupant des feuilles, vous n’aurez aucun effet positif sur le changement de couleur de la tomate mais bien pire, vous réduirez la capacité de la plante à capter la lumière. Celle-ci étant indispensable pour développer les arômes de la tomate.

Les arroser abondamment

Arroser plus les plans de tomates semble un acte logique pour faire murir ses tomates plus rapidement.  Malheureusement, cela ne changera rien. Ce n’est pas l’eau mais les éléments annoncés précédemment qui permettent de faire rougir les tomates. Ainsi à vouloir trop arroser vos plants vous risquez surtout de faire éclater vos tomates.

Leur donner trop d’engrais

Les engrais ont un rôle sur le développement de la tomate mais pas sur la vitesse de maturation.  De la même manière il ne sert à rien de trop donner d’engrais, en effet un sol riche en nutriments et un peu de composte de temps en temps suffisent largement.

Couper les tomates trop tôt

Certains pourraient vouloir couper les tomates lorsqu’elles sont matures mais encore vertes. En effet, les supermarchés le font bien eux. Néanmoins, de cette manière vous n’aurez malheureusement pas de tomates bien juteuses au goût bien prononcé. Néanmoins, si vos tomates ne sont pas encore rouges en octobre et que vous ne disposez pas de serre pour garder une température correcte. Nous vous conseillons dans ce cas là de récolter vos tomates et les faire murir à l’intérieur à une température d’environ 22°C. Pour cela vous pouvez les enfermer dans un sac papier en compagnie d’une banane. Celle-ci permettra d’accélérer le processus de maturation.

Les problèmes physiologiques possibles quand les tomates ne murissent pas

Problèmes physiologiques

Les solutions abordées précédemment étaient destinées aux plans de tomate en bonne santé. Il est également possible d’être confronté à des problèmes physiologiques ralentissant de ce fait le processus de maturation. Voici les solutions pour chacune des complications possibles :

Tâches claires ou le syndrome du coup de soleil

Certaines tomates peuvent laisser apparaître des tâches claires voir blanches sur la face exposée au soleil.  Cette singularité s’apparente à un coup de soleil. Cela n’aura néanmoins aucun incident sur la récolte et la qualité du fruit. Pour éviter un pareil phénomène, il vous est conseillé d’ombrer artificiellement vos tomates ou de laisser le plus possible de feuilles au dessus des grappes. En effet, les feuilles capteront la lumière et offriront une protection naturelle contre le soleil.

Tâches jaunes, la carence en matière organique

Les tâches jaunes sont présentes autour du pédoncule d’une tomate. La partie touchée restera dure et n’arrivera pas à maturité. Cela est dû à une carence en potassium qui survient dans un sol épuisé en macro et oligoéléments. Pour résoudre ce problème, il convient de changer l’emplacement de la culture des tomates chaque année en réalisant un assolement. Ce procédé permettra de varier le type de légumes planté dans chaque parcelle. N’ayant pas tous les mêmes besoins et propriétés, cette rotation permettra de ré enrichir le sol de nutriments.

Nécrose apicale, une tomate mal hydratée

Il est possible que vos tomates développent sur leur extrémité, à l’opposé du pédoncule, des noirceurs ou tâches anormales. Celles-ci s’élargissent dans le temps et deviennent molles. Ce phénomène s’appelle la nécrose apicale ou la maladie du cul noir. Cette complication est dû à un arrosage irrégulier qui entraine un défaut d’assimilation du calcium par la plante. Pour prévenir ce phénomène, il est conseillé d’arroser régulièrement vos semis avec du lait dilué à 10%. Attention cependant à ne pas confondre la nécrose apicale et l’alternariose. Cette dernière est une maladie fongique développant, dans un premier temps des caractéristiques similaires. Néanmoins, les symptômes de cette maladie se propageront sur toute la tomate alors que le « cul noir » restera localisé sur l’extrémité du fruit.

Tomates fendues, une tomate bien trop hydratée

Des fissures, fentes ou crevasses peuvent apparaitre sur les tomates. Celles-ci sont souvent localisées proche du pédoncule ou de façon concentrique sur le fruit. Cette complication est dût à un arrosage trop abondant comme à la suite d’un orage. A ce moment, les tissus s’engorgent donc d’eau créant une distorsion qui éclatera par la suite.  Ce problème ne touche que les fruits arrivés à maturation ou presque et n’affecte en aucun cas la qualité du fruit. Néanmoins, ces fentes offrent une entrée de choix à des indésirables comme les punaises noires ou certains champignons.

Enfin, « pourquoi mes tomates ne rougissent pas ? » est une question revenant souvent et pour cause ! Il peut arriver que des fruits en bonne santé tardent à changer de couleur. Cependant, avec un peu de patience et les conseils prodigués plus haut,  vous aurez toutes les clés en main pour obtenir de magnifiques solanacées !

Partager

Commenter